IMG_1321

AVIGNON, FESTIVAL OFF  

THEÂTRE DU PETIT LOUVRE

Le 25/07/2018

REGARDEZ LA NEIGE QUI TOMBE

Une promenade dans la vie et l'oeuvre d'Anton Tchekhov

Petit Louvre, salle Van Gogh. Rafaèle Huou et Philippe Mangenot en face à face. Elle est la comédienne, il est le metteur en scène. Une pièce paysage, selon l'expression de Michel Vinaver. Le spectateur devra suivre la sinuosité d'un déroulement sans cause ni effet mais parsemé de bonds, d'hésitation, d'égarement et de franchissement. Une représentation se réalise sous ses yeux : André Markowicz et Françoise Morvan traduisent les extraits des textes de Tchékov qui composent cette promenade. Anton Tchékov et son épouse Olga livrent des tranches de leur vie. Dialogues, monologues, fragments biographiques ou de correspondance, interpellations du public, autant de paroles, de phrases qui, par touches éparses, esquisse un caractère, une vie, un destin ou ce qui lui ressemblerait... Mais qui êtes-vous donc, docteur Tchékhov ?

Numériser

Philippe Mangenot crée en 2006 la Compagnie de l'Entre-Deux, à Lyon. Il travaille au sein du Théâtre du Point du Jour. Depuis dix ans, il parcourt la région Auvergne-Rhône-Alpes pour animer des ateliers de pratique et jouer de petites formes théâtrales dites tout terrain.

 Avec une malice juvénile au fond des pupiles, il livre ses projets : un Don Juan d'après Molière, le Pig Boy de Gwendoline Soublin. Première en novembre prochain au théâtre du Parc à Andrézieux-Bouthéon.

Don Juan ? Deux comédiens pour interpréter tous les personnages. Une "machine à jouer". Costumes d'époque : ceux d'aujourd'hui. Accent sur un homme "qui s'affranchit des dogmes et des certitudes".

Pig Boy 1986-2358 ? Un texte-gigogne. Un jeune éleveur de pors subit la crise agricole et rêve d'être cow-boy. Un porc-star accusé de copulation avec une fan japonaise. Une truie fuyant la maternité où elle donnait naissance à des petits d'homme. Le transhumanisme, la technologie, l'ironi et l'onirique. Un texte jailli d'une colère, dit l'autrice, Gwendoline Soublin.

IMG_1318

Philippe Mangenot vit pour et par le théâtre. Sa voix, ses gestes, ses regards ne cessent de témoigner qu'il aime cette vie de création artistique parce qu'il entretient un appétit des gens et des rencontres. Lisons ses brèves, issues de l'imprévu, d'un petit rien advenu pendant une représentation ou avant, voire après. 

Un pied dans la comédie, l'autre dans la tragédie, Philippe Mangenot chemine de Lyon en Avignon, de Tchékhov à Soublin sans feu d'artifice ni fanfare mais avec "les moyens archaïques du théâtre : des corps traversés par des voix, dans un même espace où scène et salle seront réunies dans une même lumière". Il parle de sérendipité, l'art des trouvailles inopinées. Son "Tchékhov", avec ou sans champagne, pousse à relire les nouvelles du docteur russe, par exemple Histoire de rire. "Midi, par une claire journée d'hiver..." C'est ainsi que l'on voit tomber la neige.