Chazelles/Lyon, le 14/10/17

Salon du livre, auditorium de la Chapellerie

Trois coups de chapeau pour trois livres

MARIE-LAURE BIGAND, ANNE-LYSE BLASCO & DOMINICK

ENTRETIENS (5)

L'album "C'est qui qu'a pété", édité chez Tournez la page, reçoit le "coup de chapeau Jeunesse". Son auteur, Dominick, le présente comme un texte où l'humour aide à  démontrer combien il est difficile d'endosser la responsabilité d'un acte désapprouvé par la majorité. Derrière chaque animal présenté tour à tour comme accusé puis accusateur, il faut se reconnaître, un peu fragile, un peu fuyant, un peu plaideur.

Le roman "Akade, la prophétie", édité sous la marque Editions Amalthée, reçoit le "coup de chapeau Ados". Premier volume d'une saga (quatre volumes suivent à ce jour) que signe Anne-Lyse Blasco, ce livre obéit aux lois du genre "fantasie". De page en page, les personnages enchaînent des dialogues dans une langue ordinaire pour conter leur destin qui ne l'est pas puisque le sort de leur planète d'origine dépend de leur séjour terrestre.

"Coup de chapeau Adultes" remis à Marie-Laure Bigand pour son roman "Sur la route de ses rêves", paru chez Il était un bouquin. Une lecture qui "fait du bien" dit-on ! Récit d'une quête d'identité et de reconnaissance entre trois générations : la mère, la grand-mère et la fille. Il est question de chapelier et de modiste, d'un "journal d'espérance" et d'un passé retrouvé.

Au terme de cet entretien public, des questions surgissent : comment, loin des maisons d'édition dites traditionnelles, des auteurs font-ils paraître leurs livres ? Entre le compte d'auteur et le compte d'éditeur, quelle place prend le livre numérique ? Qu'est-ce que l'édition dite participative ? Que penser de ces nouveaux modèles économiques qui  bouleversent le monde de l'édition ? Qu'attendre de l'expérience de l'écrivain François Bon (Publie.net) qui affirme garder une ligne éditoriale dans le droit fil d'une maison d'édition, sans esprit mercantile ? Et nous autres, pauvres lecteurs, dans cette vaste affaire, devant cette multitude d'ouvrages comment reconnaissons-nous ceux où la langue est un terreau créatif, avec quels critères apprécions-nous ce que nous lisons, quels lecteurs devenons-nous ?

 (Photo : Serge Féchet)