IMG_0666

Le Pin, le 13/07/17

L'homme qui ne marche plus

Claude Rouge interroge la numérisation omniprésente

Après En scène, l'histoire d'un cadre, quadragénaire passionné de théâtre, après Choc Frontal, récit d'un père de famille, athée humaniste dont la fille se convertit à l'Islam, après Toni Casperlino, comédie jubilatoire d'un plombier à l'assaut de l'Elysée, Claude Rouge explore l'invasion numérique et livre les pérégrinations de Philippe Médian, citoyen d'aucun bord (car là, on peut tomber), homme d'une modération centrale (car là, on ne risque rien). Voici L'homme qui ne marche plus, aux Editions Jets d'Encre.  

Claude Rouge, genre... arlequin. Il ne porte pas un habit pour la ville et un autre pour les champs. Il ne change pas de casquette selon les jours et les heures, non, son habit est celui d'un arlequin, unique et assemblé de pièces de couleurs différentes. L'une est la chanson, une autre est le théâtre, à côté voilà un morceau qui est le roman, et encore et encore... Pour dire vrai, cet  homme met l'expression de l'être au coeur de la création, où qu'il soit, quoi que ce soit, pour quelque raison que ce soit. L'expression, cette opération qui consiste à extraire avec force et délicatesse un sentiment, une pensée, la substance exquise de la vie humaine.

   

IMG_0679

Un des losanges du manteau se nomme fidélité, fidélité à une terre, les Terres Froides (en Isère), fidélité à un éditeur, Jets d'Encre - écoutez-le témoigner de l'importance d'un éditeur qui accompagne et donne confiance - fidélité à un réseau, Accueil Paysan. Ailleurs, pour épater, on accumulerait les nombres - presque 300 chansons, plus de 1000 concerts, 4 romans en 7 ans... ici, on préférera s'étonner que cet homme reconnaisse en chacun de ses contemporains une part de créativité naturelle sans nier les mauvais penchants qui les poussent les uns contre les autres. Que faire ? Vaincre les craintes, lâcher prise, passer outre, oser dire, oser faire, oser opposer et proposer au discours magistral une réponse construite à plusieurs et croire avec patience qu'un pas ajouté au précédent et suivi d'un autre puis un autre, voilà qui apprend autant à marcher que de tracer le chemin. Qui a dit "marcher est une suite de déséquilibres" ? 

Clic sur la photo ci-dessous : Micro-entretien du  10/10/15, débat public avec Sandy Fiol, Claude Rouge et Roger Royer, salon du livre à la Chapellerie de Chazelles/Lyon (Loire)  

IMG_0652 2